Permettre l’expression du plein potentiel humain des femmes dans le secteur culturel

Photo de Ariel Prajatama sur Pexels.com

Le secteur culturel, dans son fonctionnement économique, est l’un des plus emblématiques de la discrimination systémique dont font l’objet les femmes par les   pouvoirs publics en matière d’aides et de commandes publiques. Alors que les écoles   artistiques et les commissions d’évaluation des projets sont paritaires, cette parité est loin d’être respectée dans les financements publics. Ainsi, à France Télévisions, en 2019, les films de fiction sont réalisés à 88% par des réalisateurs. Quelques dispositifs d’incitations ont été récemment mis en place dans le secteur du cinéma par le CNC telle la bonification pour les équipes paritaires. Cependant, leurs effets sont limités. Si des objectifs de progression ont été édités par le ministère de la Culture depuis plusieurs années, ils ne sont pas suivis faute de caractère contraignant. 

Il en va de même pour les autrices et les metteuses en scène de théâtre. Carrières en pointillé, commandes pour des petites salles, un minimum de diffusion. Hormis quelques CDN ou quelques festivals qui font un effort sur l’amélioration de la parité, la majorité des lieux subventionnés (CDN, Opéras, scènes nationales, régionales et surtout les nombreux théâtres de ville) n’appliquent aucun critère de parité. Sur 35 orchestres nationaux ou régionaux en France, nous observons seulement 1% de cheffes d’orchestres invitées, 4% de commandes à des compositrices. Ainsi, alors que les conservatoires les forment, que les études sont longues et coûteuses pour l’Etat et les collectivités, que les filles gagnent des concours, la seule carrière qu’elles peuvent espérer est en dehors de la France. 

Dans le secteur de l’Art contemporain, les femmes représentent 80% des effectifs des écoles, mais ne sont que 5% des exposants. Elles ne bénéficient pas de commandes publiques paritaires. Parmi les artistes qui vivent de leur art, de ce fait, à peine 20% sont des femmes. Il est aussi évoqué une atmosphère sexiste et du harcèlement sexuel au moment de la recherche de contrats publics ou privés.  

Propositions 

  • Appliquer strictement et de façon obligatoire le principe d’éga-conditionnalité dans le secteur culturel à tous les niveaux en termes de programmation, commande publique, diffusion, aides publiques, incitants fiscaux ou légaux ;
  • Inscrire l’exigence de parité au sein du décret définissant les attributions du Ministre de la Culture, à inscrire aux contrats de tous les directeurs/directrices des organismes publics et des contrats de chargé de programme pour la diffusion de films ;
  • Contraindre les musées publiques et les villes à l’exposition paritaire des oeuvres.

Publié par Juliette de Causans

Présidente Egalité Ensemble co-fondatrice think tank Eurocratia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :