Lutter contre le sexisme et les biais de genre

Une femme vivra, à un moment ou à un autre de sa vie, une discrimination, que ce soit dans son orientation, dans l’accès à l’emploi, à une promotion, dans la considération qui lui est faite, dans la répartition des tâches ménagères, dans les financements publics de ses activités ou, tout simplement, dans sa visibilité. Elle aura toutes les chances, dans sa vie quotidienne, personnelle ou professionnelle de subir des remarques sexistes si ce n’est une agression sexuelle, un harcèlement moral, sexiste ou sexuel. 

Le sexisme génère un effet d’éviction et d’invisibilisation des femmes, notamment, dans les médias ainsi que dans les filières à prédominance masculine en cas d’hostilité à l’encontre des femmes (harcèlement moral, sexiste, sexuel). Par ailleurs, le sexisme induit une perte de confiance en soi, en ses capacités et ses compétences ainsi qu’une disqualification d’emblée des femmes à certains postes ou fonctions du fait des biais de genre.

La culture sexiste est présente dans les médias, l’éducation, les réseaux sociaux. Le confinement ayant d’ailleurs démontré le harcèlement numérique ciblé dont ont fait l’objet les femmes (en particulier les enseignantes au moment de l’ouverture de session de leurs classes virtuelles). Les femmes sont ainsi empêchées ou dissuadées d’utiliser certains outils numériques, d’ouvrir des chaînes YouTube ou autre, afin de ne pas être confrontées aux commentaires sur leur physique, notamment. Il est donc nécessaire de lutter contre le sexisme et les biais de genre dès l’enfance et lorsqu’ils s’expriment afin d’ouvrir les champs des possibles aux femmes au bénéfice de la société toute entière. 

Propositions

  • Confier une mission de surveillance et de sanction du respect de la parité de représentation et de lutte contre le sexisme dans les médias au CSA ;
  • Instaurer une instance publique de contrôle et de sanction pour le respect de la parité de représentation et de lutte contre le sexisme au sein de la presse écrite, de la radio, de la publicité, d’Internet et des manuels scolaires
  • Instaurer un quota d’expertes femmes devant être publiées, interviewées au  sein des médias, de la presse et de l’édition, avec un suivi hebdomadaire de sa mise œuvre. Son non respect entraînant l’inéligibilité à la commande publique et à toute aide publique (y compris le crédit d’impôt journaliste) ;
  • Inscrire dans les programmes de l’Éducation Nationale l’obligation de représentation paritaire des femmes et des hommes par matière, en particulier, en histoire, en littérature, dans les arts et dans les sciences ; 
  • Abandonner la règle grammaticale «masculin qui l’emporte sur le féminin» du XVIIe siècle, porteur d’un message d’ordre social et politique nuisible à l’égalité ;
  • Élargir la mission des inspecteurs rattachés à l’Éducation Nationale à la lutte contre les biais de genre dans l’Éducation Nationale et le supérieur
  • Former tout fonctionnaire, agent public et étudiant en formation initiale ou continue à la lutte contre les biais de genre
  • Mettre en place une certification Égalité pour tout manuel scolaire ou universitaire conditionnant leur achat par les établissements scolaires ; 
  • Élargir la mission des inspecteurs rattachés à l’Éducation Nationale à la lutte contre les biais de genre dans l’Éducation Nationale et le supérieur
  • Création d’un label officiel “Egalité” pour le secteur de la presse écrite , des médias, de la radio conditionnant tout soutien public (dont crédits d’impôt) ;
  • Au sein de toute entreprise de +20 salariés : faire procéder à la désignation d’un Référent Egalité au sein des institutions représentatives du personnel ;
  • Instaurer une charte d’utilisation « non au sexisme » qui apparaitrait en pop up sur les réseaux sociaux, invitant les utilisateurs à ne pas faire de commentaires à connotation sexuelle ou sexiste dans les plateformes telles que YouTube, TikTok, Tweeter, Facebook ; 
  • Imposer la mise en place d’équipements de change pour bébé dans les toilettes des hommes et des femmes ou, le cas échant, dans un lieu mixte dans les grands magasins ; 
  • Penser les espaces éducatifs dans les écoles afin d’encourager la mixité ;
  • Réaliser une éducation à l’Egalité dès l’enfance.

Publié par Juliette de Causans

Présidente Egalité Ensemble co-fondatrice think tank Eurocratia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :